L'accueil

Notre page Facebook

Paroisse Sainte Anne de Six-Fours

VENDREDI 23 MARS – 19h30

CONFÉRENCE ÉSOTERISME - EXORCISME

PAR LE P. FROPPO

Liens

PAQUES 2019

 

 

Nouveau CD 2019

Derniers articles

Dimanche 31 Mars 2019, à Sainte Anne, nous avons eu la joie immense d’assister à l’ordination diaconale de Dominique, un paroissien de Six-Fours qui, entouré de sa famille et ses proches, a répondu « Oui » au ministère diaconal.

En effet, pour la première fois, un diacre permanent a été ordonné dans notre paroisse. Venant d’un monde où il est enraciné par son histoire et son quotidien, par sa vie professionnelle et familiale, le diacre est appelé par l’Église et rendu au monde, enrichi de la grâce sacramentelle.

En 1964, le Concile Vatican II envisageait une restauration du diaconat, comme ordre permanent. Le pape Paul VI le rétablit trois années plus tard. Aujourd’hui, dans chacun de nos diocèses, des hommes d’origines diverses, mariés ou célibataires, sont appelés par leur évêque à devenir signe du Christ serviteur, au milieu du monde en recevant l’ordination diaconale.

N’est-ce pas ce que signifie le diacre dans la liturgie ? À première vue, le diacre se tient toujours un peu en arrière et presque muet. Il ne sert à rien. Pourtant, il nous rappelle que le Christ est présent au milieu de nous comme celui qui sert. Les diacres de nos paroisses nous invitent à contempler le Christ serviteur. Par leurs gestes et leurs attitudes, ils conduisent nos regards non pas sur eux, mais sur Celui qui s’est abaissé par amour pour chacun de nous.

L’ordination diaconale de Dominique s’est déroulée au cours de la messe de 10h présidée par Monseigneur Rey et concélébrée par l’archevêque de Gagnoa en côte d’ivoire, Monseigneur Joseph Aké Yapo et  par de nombreux prêtres dont Père Roni, notre curé, Père Augusto, cérémoniaire, Père Dol recteur du Séminaire, Monseigneur Forel, vicaire général, Père Sentis , directeur des études au Séminaire et bien d’autres encore venus par amitié, soutenir Dominique par leur présence et leurs prières ainsi que de nombreux diacres, notamment le diacre Jean-Louis dont le rôle fut très important lors de cette liturgie.

Le rituel de l’ordination comporte de nombreux symboles et accorde une grande importance à la communauté qui entoure celui qui est ordonné.

Plusieurs temps forts marquent cette célébration :

 

L’engagement de l’ordinand
L’ordinand déclare sa ferme intention de recevoir la charge diaconale, de l’accomplir avec charité et être fidèle à l’Évangile et à l’Église.
L’ordinand s’engage aussi à célébrer la liturgie des Heures en union avec le Peuple de Dieu, intercédant pour lui et pour le monde entier.
Il s’engage à vivre en communion avec l’évêque et ses successeurs, dans le respect et l’obéissance.

 

L’appel et la présentation du candidat
L’évêque appelle l’ordinand, interroge ceux qui l’ont accompagné en demandant s’il a les aptitudes requises.

 

L’acceptation de l’épouse

L’évêque demande à l’épouse du futur diacre si elle accepte de vivre comme l’exige la nouvelle fonction de son époux.

 

 

L’invocation de l’Esprit-Saint

 

La prostration
L’ordinand s’allonge sur le sol alors que l’assemblée chante la litanie des saints. Ce rite signifie l’abandon à Dieu en imitant Jésus Christ, mort et ressuscité et la confiance dans la communion des saints.

 

 

L’imposition des mains
Ce geste était connu dès le Judaïsme ancien. Il a souvent été fait par le Christ pour guérir, pardonner, consacrer. Par ce geste, l’évêque à la suite et à l’exemple des apôtres transmet la grâce sacramentelle.  Il est suivi de la prière d’ordination prononcée par l’évêque.

 

 

La remise de l’étole
Chaque nouveau diacre est revêtu de l’étole, qui signifie la charge diaconale, à l’image du Christ Serviteur. L’étole diaconale se porte en diagonale, de gauche à droite : elle va du cœur vers la main car le diacre est ministre de la charité dans l’esprit de l’Évangile et la remise de la dalmatique, qui s’approche de la chasuble des prêtes bien que quelques différences la distinguent.

Le Père Roni accompagné de Marie-Pierre l’épouse de Dominique ont remis symboliquement ces vêtements liturgiques au nouveau diacre.

 

 

La remise de l’évangéliaire et baiser de paix
Chaque nouveau diacre reçoit de l’évêque l’Évangile du Christ qu’il a mission d’annoncer. Le nouveau diacre reçoit le baiser de paix qui manifeste l’importance de la relation entre l’Evêque et le diacre et suivi du baiser de tous les prêtres et diacres présents en grand nombre ce jour-là.

 

Remise de la lettre de mission

Le nouveau diacre Dominique reçoit sa lettre de mission, celle-ci est en général préparée avec l’aide des responsables diocésains du diaconat et sur les suggestions de l’équipe d’accompagnement. Elle est remise à la fin de la célébration d’ordination.

 

Voilà notre paroisse à présent enrichie d’un nouveau diacre. La Sainte messe peut à présent suivre son cours avec la procession des offrandes par les accompagnateurs de Dominique qui l’ont suivi et ont préparé avec lui ce sacrement durant des mois.

 

Encensement, communion…..

 

 

 

La messe se termine dans une joie immense !

 

Merci aux musiciens pour cette magnifique animation, merci à tous ceux qui ont rendu ce jour inoubliable. Merci à tous les Pères pour leur vocation, à tous les diacres pour leur présence. Merci Père Augusto, Frère Otavio et Raphaël d’avoir préparé avec tant de minutie chaque instant de la liturgie, merci aux servants et servantes pour leur service .

 

Merci Dominique pour ton oui à l’appel du Seigneur et pour le don de ton temps et de tes talents au service de l’Eglise.

 

Allez dans la paix du Christ !

 

 

Vendredi 9 Novembre, vers 19h30, sous une pluie devenue quotidienne, c’est dans la salle Malraux que plus de 300 personnes se sont retrouvées pour vivre quelques heures sous le soleil du Brésil. La Paroisse Sainte Anne, organisatrice, a réussi à nous faire voyager, destination Rio, le temps d’une soirée. En effet, Caïpirinha,Coxinha, brigadeiro , Feijoada (dont l'origine réside dans l’histoire des esclaves à l'époque coloniale. La tradition dit que ces esclaves des plantations préparaient la feijoada à partir des restes des dîners de fête de leurs maîtres. Ses ingrédients sont principalement le haricot noir, le riz et la viande de Porc) et tant d’autres mets brésiliens typiques ont ravi nos papilles.

Les musiciens ont su, eux, ravir les amateurs de samba, et musiques brésiliennes.

Les enfants du catéchisme nous ont diverti avec un quadrille qu’ils avaient travaillé depuis plusieurs semaines et qui a fait la joie de certains parents très heureux d’y participer.

Les adolescents et jeunes de l’Aumônerie nous ont présenté le flash-mob qu’ils ont dansé à Lourdes, durant leur pèlerinage diocésain.

Le ton de la soirée était donné, la fête était au rendez-vous ! Une démonstration de capoeira par l’association Batakorin a pu impressionner les non-initiés ou enchanter les amateurs de cet art martial afro-brésilien qui aurait ses racines dans les techniques de combat et les danses des peuples africains du temps de l'esclavage au Brésil. Elle se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique et souvent acrobatique.

Le cours de la soirée fût rythmé par les chants brésiliens, la danse et le sourire de chaque personne, petits et grands, visiblement enchantée de ce séjour au pays de nos Pères et Sœurs, aux pieds du Christ du Corcovado.

C’est dans la joie et toujours en musique que la soirée s’achève, sur scène pour la plupart d’entre-nous, avec un Notre Père chanté à l’unissons et un Resucito devenu « culte » dans notre Paroisse pour célébrer notre bonheur d’être réunis.

C’est épuisé que chacun range, nettoie et se quitte après minuit, en se promettant de faire encore mieux l’année prochaine !

Cette Fête Brésilienne, où toutes les générations étaient réunies, n’aurait pu être réussie sans le travail de tous les bénévoles de notre paroisse. Merci René pour ton travail et ta générosité, merci Dany pour ta disponibilité, merci à toutes et tous pour votre temps, votre dévouement et votre amitié. Merci chers Pères et Sœurs de partager avec nous votre amour du Brésil.

Merci, à tous les musiciens venus enchanter notre soirée par leur talent, merci à la Communauté RECADO, à Stéphane, Kilian et le groupe AGUA FOGO.

Merci Seigneur…pour tout….

Sortie de l’Aumônerie aux Embiez

En cette belle journée d’Octobre, que l’on pourrait croire estivale, l’Aumônerie de Six-Fours a organisé une journée aux Embiez en compagnie des jeunes et de leur famille.

Rendez-vous donné à 10h15 sur l’embarcadère du Brusc afin de prendre la navette pour l’île.

Arrivé sur la terre ferme, le groupe se retrouve à la chapelle Sainte Cécile afin de vivre ensemble une belle messe, animée par la Sœur Kely, et des jeunes filles de 5ème année,  pendant laquelle nous avons prié pour nos familles.

Le temps des présentations arrive et c’est avec le sourire que chacun a pu faire connaissance avant de partager un pique-nique plus qu’attendu….

L’après-midi fut ludique avec un programme plutôt « physique » : marche, jeux….mais surtout chargé de rire, d’amitié et de bonne humeur !

 

C’est un peu tristes que le temps ait passé si vite mais l’esprit et le cœur pleins de beaux souvenirs que nous nous dirigeons vers le départ, retournons prendre la navette, fatigués mais heureux !

Merci aux catéchistes de l’Aumônerie, aux Sœurs et au Père Rafael pour leur invitation et leur accueil, merci aux jeunes pour leur joie, merci aux parents pour leur présence et surtout, merci Seigneur pour cette si belle journée !

Pèlerinage diocésain des jeunes confirmés à Lourdes

Samedi 20 Octobre, au cours de la messe anticipée du Dimanche, les jeunes de l’Aumônerie ont reçu la bénédiction d’envoi pour Lourdes où ils se rendront en pèlerinage dès le Lundi matin.

En effet, chaque année, Monseigneur Rey invite les jeunes confirmés du diocèse à se réunir pendant les vacances de la Toussaint, à Lourdes, afin de vivre des grands moments de Prière, la messe quotidienne, des enseignements, des temps forts de vie fraternelle où la joie de l’Evangile se ressent dans le cœur de chacun.

C’est donc, de très bonne heure Lundi matin, que nos jeunes pèlerins et les adultes les accompagnant se donnent rendez-vous aux Playes, afin de prendre le car, qui les mènera, après de longues heures de route, auprès de notre chère Maman Marie. L’ambiance semble très joyeuse bien que par moment, la fatigue se fait sentir…

Les quelques jours passés au sanctuaire de Lourdes furent rythmés par un programme riche, adapté à tous en fonction des âges (collégiens et lycéens). Louanges et laudes, catéchèse, messes, visite de Lourdes, chemin de croix, passage aux piscines, vêpres, procession mariale, veillée festive ou d’action de grâce, confession et prières, tant de moments intenses pour affermir la foi de tous ces jeunes, portés par leur amour commun pour Jésus !

Les lycéens ont eu la chance de pique-niquer au Pic du Jer et de découvrir le plus beau panorama des Pyrénées depuis Lourdes. Le Pic du Jer surplombe la ville, et un belvédère unique offre une vue à 360° sur Lourdes, Tarbes, Pau et les sommets pyrénéens.

 

Voilà, le moment le plus redouté de la semaine est arrivé. Il est temps de se dire Au revoir, de quitter Lourdes, de rentrer dans nos foyers et nos paroisses, en se promettant :

« Lourdes 2018 j’y étais, Lourdes 2019 j’y serais ! »

 

Un très grand merci à la pastorale des jeunes du diocèse pour l’organisation titanesque de ce pèlerinage ; à tous les prêtres, religieux et religieuses présents au service des jeunes ; à la communauté Recado pour leur bonne humeur lors des animations.

Un très grand merci aux catéchistes de l’aumônerie de notre paroisse pour leur investissement à rendre ces années inoubliables pour tous ces jeunes, au Père Rafael et aux sœurs pour leur enthousiasme.

Merci les jeunes pour votre foi, votre espérance et votre joie !

Merci Marie…. 

« Immaculada Counceptiou »

« Allez dire aux prêtres qu’on bâtisse ici une chapelle et qu’on y vienne en procession. »

                                                                                  Marie à Bernadette, le 2 Mars 1858

Lundi 17 Septembre 2018 fût un jour important pour notre Paroisse. En effet, à 19h, nous avons eu la grande joie d’assister à une messe célébrée par Monseigneur Rey. Cette date marque à la fois, le 24ème anniversaire de la création de la fraternité Jésus Sauveur, et les 18 années d’ordination épiscopale de notre évêque mais aussi la première étape vers l’ordination diaconale d’un de nos paroissiens, Dominique.

 Médecin marié, père et grand-père, Dominique est dans notre paroisse depuis de nombreuses années. Baptisé par le Père Luciano, et après un long parcours d’études au séminaire de la Castille, Dominique a répondu OUI à l’appel du Seigneur et de l’Eglise afin de devenir diacre permanent auprès de notre paroisse.

Le mot « diacre » vient du grec « diaconos » qui signifie serviteur. Le diacre est un homme  marié ou célibataire qui a répondu à un appel de l’Eglise catholique pour être signe du service. On devient diacre permanent suite à un appel intérieur, une vocation. Il est important pour le candidat au diaconat de bien discerner, de bien reconnaître cet appel.
Après un temps de discernement et une formation spirituelle et intellectuelle importante, il est ordonné par l’évêque de son diocèse qui lui confie une mission. La mission du prêtre et la mission du diacre permanent ne sont pas les mêmes. Un diacre ne doit pas être appelé Père comme les prêtres. Le prêtre est le pasteur d’une communauté et le pasteur des fidèles, le diacre est missionnaire et serviteur.

Ce Lundi, Dominique a vécu l’institution du Lectorat et de l’Acolytat. Le Lectorat et l’Acolytat ne sont pas des sacrements ; ils ne sont pas une « ordination » mais une « institution ».

Le lecteur est institué pour la fonction, qui lui est propre, de lire la parole de Dieu dans l’assemblée liturgique.

L’évêque a donc remis le livre de « la parole de Dieu » à Dominique.

 L’acolyte est institué pour servir de ministre au prêtre. Il lui revient donc de s’occuper du service de l’autel, d’aider le prêtre dans les fonctions liturgiques et principalement dans la célébration de la messe ; il lui appartient en outre de distribuer la sainte communion, en tant que ministre extraordinaire.

 

 Lectorat et acolytat sont deux « ministères institués », c’est-à-dire des fonctions particulières conférées par l’évêque, de manière définitive, à un homme laïc, au service de la Parole de Dieu – le lecteur – et au service de l’autel –l’acolyte. Le lecteur est institué pour inviter ses frères à se mettre toujours plus à l’écoute de la Parole de Dieu, à en vivre. L’acolyte est au service de l’autel, pour mieux tourner les regards des fidèles vers le Corps du Christ et les entraîner encore et toujours à s’en nourrir. Le diacre est le signe visible du Christ serviteur.

 « Le fils de l’homme est venu non pour être servi mais pour servir. » Matthieu 20,28

 « L’institut missionnaire serviteurs de Jésus sauveur » fête ce 17 Septembre ses 24 ans d’existence.

Crées au Brésil par le Père Gilberto, les « Salvistas » sont une jeune communauté religieuse inspirée du renouveau charismatique.

Placée sous la protection de ND de Pentecôtes, et fidèle au souffle de l’Esprit Saint, la communauté a été invitée en France par Monseigneur Rey il y a déjà une douzaine d’années et a plusieurs missions en Europe.

Nous avons eu la joie de connaître durant cette décennie, plusieurs Pères, Sœurs et Frères, qui, mission oblige, ont dû partir apporter leur joie, talent et amour du Christ ailleurs.

Aujourd’hui, nous avons le grand bonheur d’avoir encore auprès de notre communauté, trois Pères, Père Roni, notre curé, Père Augusto et Père Rafael ainsi que trois Sœurs, Nelisa, Kely et Marie-José.

 

 Joyeux Anniversaire à la Fraternité ! Que Dieu bénisse chacun d’entrevous, vous soutienne dans les épreuves et vous garde pour de très nombreuses années encore !

« Dans le minimum, nous devons donner à Dieu le maximum ! »